Nov 282012
 
 November 28, 2012  Posted by  Femme au quart, Non classé, Uncategorized Comments Off on Promotion: “votez pour moi”!!!

Hé oui chers lecteurs, j’ai participé à un concours pour la Fondation David Suzuki et je fais partie d’un panel de six finalistes!

Je suis donc en tournée promotionnelle (vous m’entendez rigoler là ;-P) pour mettre en valeur la page Facebook de la Fondation David Suzuki….et ma propre vidéo, of course!

Le prix de participation, si jamais j’étais gagnante, serait une collaboration de six mois au webzine Mode de vie & compagnie qui sera en ligne sur ce site à l’hiver 2013. Évidemment, c’est une expérience qui me plairait beaucoup alors j’ai besoin de vous chers lecteurs.

Pour être éligible au concours, il me fallait produire une vidéo ainsi qu’un court texte de présentation concernant ma passion pour un mode de vie éco-responsable. Forte de mon expérience et de tout ce que j’ai fait d’écologico-grano-bio-snobino-responsable  depuis que je suis mère,  j’ai décidé de participer. En passant ça fera officiellement 14 ans le 29 novembre depuis mon baptême officiel dans le monde de la maternité! Merci à mon amie facebook Danielle car sans elle je n’aurais pas eu vent de ce concours. Et merci à ma soeur, mon amie Mylène et à ma famille car ils m’ont beaucoup aidé à mettre mes idées en place.

Bref, pour m’appuyer, il faut aller voir la vidéo avant le 10 décembre 2012 (date limite du vote) à l’adresse suivante: https://apps.facebook.com/contestsapps/showentry/Mode-de-vie-et-Cie/38238?fbpage_id=168889579973

Vous la visionnez et ensuite, il vous faudra vous connecter à votre compte Facebook pour voter. Il y a un gros bouton J’AIME à côté de ma vidéo. Bien sûr, on est pas dans la vente à pression, prenez le temps de regarder toutes les vidéos pour vous faire une bonne idée et votez pour votre préférée (idéalement ce sera la mienne!!!).

Pour ceux qui n’ont pas de compte Facebook, et bien va falloir aviser!! Sérieusement, vous pouvez tout simplement diffuser la page du concours à vos contacts et ceux qui ont une page Facebook, et qui veulent voter, pourront le faire.

Je vous laisse avec le texte de présentation que j’ai écrit et qui devait accompagner la vidéo. Malheureusement, à cause d’une erreur de ma part, le texte n’a pas été publié à côté de ma vidéo. Le comité de sélection de la Fondation a pu le lire, mais il n’est pas en ligne. Dommage car c’était un bon complément à mon petit montage.  (correction ici: le texte a finalement été placé au côté de ma vidéo. Merci aux responsables de la Fondation concernés pour la mise à jour)

Bon vote et merci à l’avance pour votre support!!

*********

Bonjour, je suis Mme Martine et je suis en premier lieu mère de quatre enfants.

Depuis toute jeune, je me questionne sur le sens de notre mode de vie. Depuis la venue de mes enfants il y a 15 ans, j’ai pris conscience que d’autres options étaient possibles au-delà du rythme de consommation effréné quotidiennement proposé.

Au fil des années, j’ai beaucoup expérimenté et j’ai opté pour un mode de vie plus sain : je fais mes propres produits cosmétiques, je cuisine, je jardine et je partage ces passions avec mes enfants, je fréquente assidûment les bazars et les friperies, etc.

Pour moi, le « parentage éco-responsable », c’est un mode de vie, un état d’esprit qui appelle à une gestion plus saine de sa vie.

Je pourrai partager mes meilleures recettes bio. ou encore ma recette de pâte dentifrice. Mais le principal message que j’aimerais passer au lectorat, c’est que le mieux-être personnel engendre le désir du mieux-être collectif…un pas à la fois.

Nov 162012
 
 November 16, 2012  Posted by  Inspiration, Non classé Comments Off on Survivante

Lorsque je dois me “taper” une séance de magasinage, pour trouver par exemple des bottes d’hiver belles, bonnes et pas chères, rien de mieux que de me lancer dans l’aventure avec ma belle Bianca-Rose. En effet, cette enfant a un je-ne-sais-quoi qui attire toutes les vieilles dames de ce monde! À chaque sortie, nous sommes assurées de faire des rencontres…certaines plus magiques que d’autres.

Ainsi sommes-nous en file pour payer les fameuses nouvelles bottes. Une charmante vieille dame en file devant nous aperçoit le bébé de Bibi, nu comme un vers.

Won’t your baby be cold? Lui demande la dame. What’s his name?

Devant le regard perplexe de ma petite, elle réalise que cette dernière n’est pas anglophone et lui demande dans un français cassé: Tu ne voudrais pas lui mettre un chapeau, des chaussettes à ton bébé? Voilà qui fut suffisant comme entrée en matière pour que ma fille enlève sa tuque et ses mitaines afin de les enfiler à sa poupée, tout en “piquant” une jasette avec cette femme. Sur un ton très professoral, elle déclina son identité, son âge ainsi que les noms de ses frères et soeur. Y’a pas à dire, elle est charmante et elle sait s’y prendre. 😉

La dame, heureuse de rencontrer une fillette aussi “talkative”, est également enchantée de pouvoir entamer une conversation avec la mère. En moins de dix minutes, je connais les grandes lignes de sa vie: âgée de 82 ans, elle a eu cinq enfants, X petits-enfants et Y arrières petits-enfants dont certains habitent aujourd’hui la Nouvelle-Écosse. Elle les aura élevés quasiment seule, son mari ayant été victime d’un accident de voiture fatal à l’âge de 48 ans. De son côté, elle aura eu le cancer, le diabète, et un nombre incalculable d’autres inconforts de santé dont elle se sera toujours remise. Elle est bénévole pour la popote roulante et pour un hôpital de la Rive-Sud depuis des décennies, et, chose merveilleuse, elle se déplace sur un vélo à trois roues, gagné dans un bingo.

I won this bike with only one card while some had twenty to stamp, affirme-t-elle fièrement.

Parfois en français, parfois en anglais et souvent dans un franglais difficile à comprendre, cette femme racontait son histoire. Une histoire extra et ordinaire. L’histoire d’une survivante fière de pouvoir, l’espace d’un moment, partager des bribes de sa vie et de son expérience. Cette rencontre a failli passer sous la rubrique faits divers, mais lorsque j’y ai repensé, j’ai compris que la vie, ma vie, s’enrichissait et se nourrissait de toutes ces magnifiques petites histoires à saveur humaine. Avec toutes ces bribes de conversations amassées, je suis en mesure de tisser une toile immense, de peindre un portrait bigarré de l’humanité, de créer une mosaïque d’événements reliés les uns aux autres par des fils invisibles. Oh je ne possède que quelques pièces de cet immense puzzle, mais quel bien-être pour moi d’en prendre conscience… grâce à une belle amazone de quatre ans.

Quel pied posons-nous par terre le matin au réveil? Quel poids portons-nous quotidiennement sur nos épaules? Quel regard posons-nous sur nous-même et nos proches? Quel lien entre toutes ces questions? Aucun! Du moins en apparence. 😉

Notre existence se compose de tous ces petits rien, de tous ces détails d’apparence anodine qui, en somme, nous forgent à chaque instant de notre vie. Y aviez-vous songé?

Et je ne connais même pas son nom…mais je la revois chevaucher sa bicyclette, lente, droite, fière, tête nue, ses courts cheveux blancs flottant au gré du vent.

Oct 032012
 
 October 3, 2012  Posted by  Enfance et Éducation, Non classé Comments Off on Hommage à…suite

Il y a quelque temps (d’accord, d’accord, il y a presqu’un an), j’avais débuté l’écriture de textes dédiés à mes enfants. À l’époque, Xavier et Camille m’avaient particulièrement inspirés à l’écriture. Aujourd’hui, c’est le tour de mon fils aîné,Mikaël, qui aura bientôt 14 ans (my God le temps file trop vite!)

Après avoir accueilli et porté son frère et ses soeurs, le voici avec son cousin, bébé Loïk, tout chaud tout frais, à un jour de vie.

Depuis près d’un an mon premier né évolue beaucoup et rapidement, et je ne parle pas ici seulement de la longueur de ses jambes et de la grosseur de son estomac! Des goûts particuliers se sont développés alors que d’autres ont émergé, dans un élan ininterrompu de curiosité.

Pour débuter, j’aimerais remercier le RMS Titanic d’avoir coulé il y a 100 ans ainsi qu’à la White Star Line pour avoir conçu ce géant des mers. Cela inspire mon grand d’une manière inimaginable! Je porte également mes plus sincères remerciements à moi-même, la mère, pour avoir su transmettre ma passion pour la cuisine. Je peux régulièrement prendre congé de souper et déguster des brioches fraîches au petit déjeûner! 😉 Et mes derniers remerciements vont à mon mari qui, par sa passion du sport, a entraîné Mikaël au vélo, au karaté et maintenant à l’escalade. Tellement que maintenant, fiston fait partie de l’équipe d’escalade chez Horizon Roc et participera bientôt à sa toute première compétition.

Vous voyez un peu le portrait? Parfait!

Bon alors on m’avait bien prévenu: ah l’adolescence, période mouvementée, tu verras, toi aussi tu y goûteras! Et c’était presque vrai depuis un an: sautes d’humeurs, réponses plates, contestations, des débuts plutôt houleux. Mais ça, c’était AVANT que fiston ne trouve son “groove” dans la vie: les sports, les naufrages et les filles! Depuis que tout s’est mis en marche et que nous avons adopté un style de vie plus respectueux de son rythme, Mikaël s’épanouit. Et oui, en moins d’un an, je suis passée de l’inquiétude à l’émerveillement. Il faut dire que Mikaël adore faire du bruitage et je commençais à trouver préoccupant de voir ce grand gaillard faire des bruits de sabre laser à longueur de journée. Un peu lunatique, il est du genre à se raconter en boucle les meilleurs moments du dernier film visionné. Le voir ressasser et rire seul des scènes vues dans Les Schtroumpfs, le film me laissait perplexe. En fait, non, il n’était pas seul, il avait en sa fratrie tout un fan club prêt à éclater de rire juste au bon moment! Et parfois tout cela se faisait à demi mot. Aussi bien dire que je n’étais pas dans le coup. De toute façon moi les Schtroumpfs…

Rassurez-vous chers lecteurs, cette manie n’est pas disparue, il fait toujours du bruitage, mais il y a maintenant place pour tout un éventail d’intérêts plus pointus.

Tout a commencé en 1997 alors que j’en étais à mon sixième visionnement du film Titanic. Je me pâmais devant Leonardo Di Caprio et pleurais chaque fois sa mort dans les eaux glaciales de l’Atlantique. NON! Vous voulez pas savoir ça! Je blaguais sur toute la ligne…sauf sur le nombre d’entrées au cinéma, jour du “Grand Verglas” inclus…D’accord je pleurais, je l’avoue. Et comme une madeleine en plus. Z’êtes contents là?

Bref, Mikaël est né l’année suivante et déjà à un an il faisait couler ses légos dans le bain en criant: Iceberg right ahead!. MAIS NON  vous n’y êtes pas, c’est Starwars Episode 1 que nous l’avons amené voir lorsqu’il n’avait que six mois (d’ailleurs ça doit être ça les bruits de sabre laser vibrant constamment dans sa tête, ;-p  Shame on his parents!

Revenons à notre ado voulez-vous?

Depuis plusieurs années, Mikaël s’intéresse au Titanic. En tout premier lieu au film et à sa musique (aspect TRÈS important pour un jeune garçon voulant revivre les grands moments d’actions). Je vous informe que le disque compact est désormais inutilisable! Je crois même qu’il s’est aminci avec les heures d’écoute.

Avec le centième anniversaire du naufrage, l’intérêt est vite remonté à la surface. Juste avant l’expo-projet de notre groupe de soutien au printemps, Mikaël m’avait fait acheter une maquette chez le libraire. Un livre cartonné avec des pages remplies de lignes, de chiffres et de lettres pèle-mêle et des instructions qu’il fallait lire en anglais et en espagnol pour être certain de comprendre la version française. La grosse affaire quoi! Allons donc!  Ces quelques technicalités n’allaient pas empêcher mon grand de réaliser cette maquette 3D de 135 cm de long.

Muni d’une planche de travail, d’un exacto, de colle, de ciseaux et autres instruments d’agrément, de motivation et d’une importante dose de concentration,  il s’est mis au travail. Ce n’était pas un paquebot centenaire enfoui dans les profondeurs océaniques qui allait l’intimider! Pendant E-X-A-C-T-E-M-E-N-T deux semaines et cinq jours, de 9h le matin à 16h (excluant une heure de pratique de piano, une marche et un dîner), il s’est affairé à couper, coller, décoller, recoller, plier le carton qui, au fil des jours, prenait la forme du paquebot disparu. C’était tout simplement magnifique! Je n’avais jamais vu mon fils aussi motivé par un projet, aussi assidu. Et quelle fierté de pouvoir le présenter au Symposium, où il tenait une table avec sa soeur, ainsi qu’à l’expo-projet, car en plus du montage de la maquette, Mikaël avait lu et mémorisé une grande quantité d’informations techniques. C’est qu’il a de la mémoire le gars et il avait de quoi jaser, le Titanic est source d’intérêt autant pour les grands que les petits.

 

Devant cette grande passion, nous lui avons suggéré, pour les vacances d’été, de faire un léger détour et d’aller à Pointe-au-Père visiter le musée d’un autre grand disparu: l’Empress of Ireland. Que de bonheur et de découvertes pour toute la famille. Et en prime, un étage de la maison du pêcheur consacré au Titanic, 100è oblige. L’ancre est levée et Mikaël tient le cap depuis des mois. Il lit et visionne des films sur l’histoire des naufrages des grands paquebots du 20è siècle. La Bibliothèque Nationale révèle tout à coup des trésors cachés. Lucky Luke peut bien chevaucher Jolly Jumper tout en vidant son six coups dans les rayons, le Lusitania, le Mauritania, l’Olympic et autres transatlantiques ont pris d’assaut l’imaginaire de mon fils et l’instruisent sur une foule de sujets connexes: l’histoire, la géographie, les fouilles sous-marines, leur construction, etc.

Je suis fascinée par cette passion qui le prend tout entier (ou presque!). Très souvent dans une journée je le vois, plongé dans un documentaire, subjugué par ces géants du passé. Qui sait où cela le mènera. En tout cas pour l’instant, cela l’amène à nous faire des cours magistraux sur les spécificités techniques et historiques des paquebots! Il faut le voir prendre un air sérieux et un ton docte lorsqu’il veut nous partager ses découvertes. De toute beauté.

Et comme un bonheur ne vient jamais seul, Mikaël a développé un goût marqué pour la boustifaille. La manger oui, mais la faire aussi, et de manière complètement autonome. Du souper aux crêpes, en passant par les brioches et autres gourmandises, plus de secret pour ce cuistot, que des occasions de découverte! Faut dire que les deux autres ont également emboîté le pas; cette semaine Xavier nous a fait une succulente pizza, de la confection de la pâte à la garniture. J’ai hâte de goûter aux délices de Camille! Bientôt je serai reléguée au torchon à vaisselle 😉

Sur un mur d’escalade dans une polyvalente de la Rive-Sud (merci à Irina pour la photo).

Et que dire maintenant de la motivation sportive de notre gaillard…ah oui je sais: je ne pensais pas qu’il entrerait si vite dans l’équipe de compétition!!! Lorsque je l’ai accompagné à la journée de sélection, je m’attendais à ce qu’on lui dise qu’il manquait d’expérience (il pratique depuis moins d’un an, de façon irrégulière) et de revenir l’année prochaine. Or surprise, il fut accepté sur la base d’une grimpe et d’une entrevue où le “coach” pu constater son niveau élevé de motivation. D’ailleurs il revient souvent en parler avec mon mari, car Mikaël semble apprendre comme une éponge et avec “full” plaisir! En plus, la vie est tellement bien faite que l’une de ses co-équipières habite à cinq minutes de chez nous et ils font du co-voiturage. Tsé quand les astres s’alignent…Pour en beurrer une couche de plus, il s’agit d’une jeune fille de son âge complètement passionnée par l’escalade et les Hunger Games. J’crois qu’on a un filon là. 😉 Depuis près d’un mois, mon fils disparait plusieurs soirées par semaine, entraînements obligatoires et optionnels obligent. C’est un horaire très chargé, mais quelle joie de le voir entrer ou sortir de la maison, le sourire fendu jusqu’aux oreilles. Il a même commencé à prendre le métro seul et, ma foi, ça s’est très bien passé.

Le seul point plutôt tristounet de cette belle histoire, c’est que, faute de moyens $$$, nous avons dû lui faire choisir entre les leçons de piano et l’escalade. Avec quatre enfants, il nous était impossible de payer les deux en même temps. Le piano peut toujours être pratiqué de la maison,mais exit les cours pour l’instant. Heureusement, nous avons quelques souvenirs des prouesses de notre jeune homme. Il avait quand même atteint un niveau intéressant et il était très assidu aux pratiques. Une bonne self discipline.

Nous sommes dans un élan favorable en ce début d’automne. Il y a eu quelques épisodes houleux, mais je suis confiante que nous maintiendrons ce cap positif pour quelque temps.

Xavier l’artiste a repris ses crayons à B.D. et son violon et fait maintenant parti de l’Orchestre. En est-il heureux et à 100% consentant? Je n’oserais l’affirmer, mais il continue à évoluer dans ses pratiques et en cours avec son professeur, ce qui est bon signe. De plus, il a maintenant quelques copains violonistes, ce qui rend les cours plus intéressants. Si tout se déroule comme prévu, il jouera une pièce en duo avec sa soeur pour Noël. J’ai bien hâte de les entendre. Surtout que Xavier a dit oui sans hésiter cette fois!

Camille quant à elle s’est mise à l’apprentissage intensif de l’anglais. Elle et Xavier élèvent deux salamandres depuis une semaine. Une jolie cueillette. On a des bestioles bien traitées dans notre vivarium. Sinon, notre belle jeune fille écrit et poursuit l’étude du piano, entre autres curiosités. D’ailleurs on entend beaucoup Le printemps de Vivaldi et la Marche Turque de Mozart ces temps-ci. Bah ça change un peu des Gavotte et des Menuet au violon! Une autre jeune personne très assidue dans les engagements qu’elle prend avec elle-même.

Et ma belle Bianca-Rose…ma petite boule d’énergie, danseuse/trapéziste/philosophe. Elle adore se faire lire Raconte-moi les sons, se demander ce qu’elle fera de sa vie et chanter Waka Waka, son hit préféré de l’heure! Je sais, ça date un peu, mais nous on attend les partys de mariage pour parfaire notre culture musicale populaire alors il est possible que nous soyons…comment dire…légèrement décalés! Et qui eut cru que Shakira entrerait chez nous par la grande porte!?

Pour finir, une seule déclaration à faire:

Félicitations Mikaël, tu grandis en beauté et je suis privilégiée d’en être témoin. Par contre, faudra travailler un peu les techniques de calcul hein?! 😉

 

Jul 172012
 

Vous connaissez Pierre Rabhi? Moi, très peu. J’ai eu le bonheur de “découvrir” cet homme il y a quelques mois. Et ce matin, sur le blogue Une Joyeuse Éducation, le lien vers la vidéo suivante: http://www.tedxparis.com/pierre-rhabi-y-a-t-il-une-vie-avant-la-mort

La vie m’a permis de rencontrer et de créer des liens avec des hommes inspirants et inspirés au cours de la dernière année (Léandre Bergeron, Jean-Pierre Lepri). Cette rencontre virtuelle avec M.Rabhi en est une de plus que je peux cultiver et aimer. Le point commun de ces trois rencontres réside dans la sincérité des propos tenus par les protagonistes et dans ma réceptivité et mon ouverture aux dits propos. Comme quoi tout vient à point lorsque le fruit est mûr. 😉

Ils n’ont rien à vendre, aucune idéologie à imposer, du moins c’est comme ça que je le perçois. Je vois en eux des hommes qui ont tout simplement pris la décision de vivre selon ce que leur dictait leur coeur et leurs idéaux(ce qui signifie très souvent une vie en dehors du moule actuel). De faire ce qu’ils devaient. Et de le partager avec leurs semblables.

Pour moi ces hommes illustrent bien qu’il est possible de faire autrement, sans “subir”  les épreuves et les jugements extérieurs qui n’ont pas manqué de se présenter. Être en paix avec soi-même et avec ses choix et les présenter tout simplement, ne créera pas l’unanimité, loin de là. Par contre, en étant en paix avec soi-même, l’autre devant nous ne constituera plus une menace. On finira par éviter grand nombre de confrontations stériles. Et j’ajouterai que nous pourrons nous concentrer sur l’essentiel dans nos rencontres avec l’autre.

Pour moi ce dernier point revêt une grande importance dans mon cheminement actuel. Faire, vivre et être en paix avec moi-même sont peut-être des clés qui me permettront d’accéder à un plus grand bien-être.

Et vous, quelles sont vos clés vers une vie plus sereine?

Qui sont vos sources d’inspiration?

May 172012
 
 May 17, 2012  Posted by  Non classé Comments Off on Salon du livre anarchiste

 

Cette fin de semaine au Salon du Livre Anarchiste, plus précisément dimanche le 20 mai, les organisatrices et membres du projet École-libre de Montréal vous proposent une salle thématique composée de 3 ateliers sous le thème: La simplicité volontaire et les enfants  http://www.salonanarchiste.ca/salle-thematique-pour-parents-anarchistes-et-enfants-allumes-20-mai
11h-13h: La simplicité volontaire et les enfants, partie 1, pour enfants: Trois jeunes éduqués à la maison viendront animer un atelier artistique.
13h-15h: La simplicité volontaire et les enfants, partie II, pour parents: Hygiène naturelle infantile, co-dodo, allaitement, portage, deux mères partageront et échangeront sur leurs expériences respectives avec les participants.
15h17h: Introduction aux pédagogies libertaires, atelier pour adultes.
Pour la programmation complète et l’adresse du Salon du livre les 19 et 20 mai: http://www.salonanarchiste.ca/
J’y serai pour animer un atelier sur l’hygiène naturelle infantile. Ma fille sera également présente pour co-animer un atelier artistique ainsi que pour y vendre ses Zines.
Ce message peut être diffusé à volonté!
En espérant vous y croiser!