Nov 162012
 
 November 16, 2012  Posted by  Inspiration, Non classé

Lorsque je dois me “taper” une séance de magasinage, pour trouver par exemple des bottes d’hiver belles, bonnes et pas chères, rien de mieux que de me lancer dans l’aventure avec ma belle Bianca-Rose. En effet, cette enfant a un je-ne-sais-quoi qui attire toutes les vieilles dames de ce monde! À chaque sortie, nous sommes assurées de faire des rencontres…certaines plus magiques que d’autres.

Ainsi sommes-nous en file pour payer les fameuses nouvelles bottes. Une charmante vieille dame en file devant nous aperçoit le bébé de Bibi, nu comme un vers.

Won’t your baby be cold? Lui demande la dame. What’s his name?

Devant le regard perplexe de ma petite, elle réalise que cette dernière n’est pas anglophone et lui demande dans un français cassé: Tu ne voudrais pas lui mettre un chapeau, des chaussettes à ton bébé? Voilà qui fut suffisant comme entrée en matière pour que ma fille enlève sa tuque et ses mitaines afin de les enfiler à sa poupée, tout en “piquant” une jasette avec cette femme. Sur un ton très professoral, elle déclina son identité, son âge ainsi que les noms de ses frères et soeur. Y’a pas à dire, elle est charmante et elle sait s’y prendre. 😉

La dame, heureuse de rencontrer une fillette aussi “talkative”, est également enchantée de pouvoir entamer une conversation avec la mère. En moins de dix minutes, je connais les grandes lignes de sa vie: âgée de 82 ans, elle a eu cinq enfants, X petits-enfants et Y arrières petits-enfants dont certains habitent aujourd’hui la Nouvelle-Écosse. Elle les aura élevés quasiment seule, son mari ayant été victime d’un accident de voiture fatal à l’âge de 48 ans. De son côté, elle aura eu le cancer, le diabète, et un nombre incalculable d’autres inconforts de santé dont elle se sera toujours remise. Elle est bénévole pour la popote roulante et pour un hôpital de la Rive-Sud depuis des décennies, et, chose merveilleuse, elle se déplace sur un vélo à trois roues, gagné dans un bingo.

I won this bike with only one card while some had twenty to stamp, affirme-t-elle fièrement.

Parfois en français, parfois en anglais et souvent dans un franglais difficile à comprendre, cette femme racontait son histoire. Une histoire extra et ordinaire. L’histoire d’une survivante fière de pouvoir, l’espace d’un moment, partager des bribes de sa vie et de son expérience. Cette rencontre a failli passer sous la rubrique faits divers, mais lorsque j’y ai repensé, j’ai compris que la vie, ma vie, s’enrichissait et se nourrissait de toutes ces magnifiques petites histoires à saveur humaine. Avec toutes ces bribes de conversations amassées, je suis en mesure de tisser une toile immense, de peindre un portrait bigarré de l’humanité, de créer une mosaïque d’événements reliés les uns aux autres par des fils invisibles. Oh je ne possède que quelques pièces de cet immense puzzle, mais quel bien-être pour moi d’en prendre conscience… grâce à une belle amazone de quatre ans.

Quel pied posons-nous par terre le matin au réveil? Quel poids portons-nous quotidiennement sur nos épaules? Quel regard posons-nous sur nous-même et nos proches? Quel lien entre toutes ces questions? Aucun! Du moins en apparence. 😉

Notre existence se compose de tous ces petits rien, de tous ces détails d’apparence anodine qui, en somme, nous forgent à chaque instant de notre vie. Y aviez-vous songé?

Et je ne connais même pas son nom…mais je la revois chevaucher sa bicyclette, lente, droite, fière, tête nue, ses courts cheveux blancs flottant au gré du vent.

Sorry, the comment form is closed at this time.