Aug 282012
 

Notre été fut une période très faste en découvertes, toutes aussi enrichissantes les unes que les autres. Autant d’action m’a laissée très peu de temps pour les activités virtuelles. Me revoici donc, avec un peu plus de temps, pour partager nos péripéties estivales.

En fait, je devrais écrire “estivales” et “printanières” car, le temps de concocter un beau compte-rendu de nos découvertes néo-écossaises du mois d’août, je débuterai avec celui de nos aventures new-yorkaises.

Voici donc le récit mère-fille de notre voyage à New-York qui a eu lieu du 7 au 10 mai dernier. Bonne lecture, faites-la en plusieurs étapes (y’en a long!) et on se retrouve bientôt!

 

NEW YORK EN FAMILLE

Un récit mère-fille Par Camille, 11 ans Mme Martine

Photos: Ryuu Oodobi, el fotógrafo

 

7 MAI 2012

Camille

Il était cinq heure du matin quand notre père nous a réveillé parce qu’on s’en allait à New York City! Pour l’instant on roule, pas grand chose à raconter…Ah oui, c’est la première fois que je sors de mon pays! On va vers les États-Unis! Mais le problème c’est qu’on va peut-être se faire fouiller aux douanes. Oh! Nous y voici…

Heu finalement, c’était moins pire que prévu, le douanier a seulement regardé nos passeports et nous a demandé où on allait.

À présent, plus de langue française, que de l’anglais. Que le trajet fut long : ça nous a pris environ huit heures. My god! Vers 14h…hourra! Grattes-ciel en vue. Partout on voit des drapeaux américain. Nous roulons en direction de notre hôtel au New Jersey. Notre hôtel s’appelle le Homewood Suites et il est juste en face de New York, de l’autre côté du fleuve Hudson. L’aventure débute les amis!

Martine

Éric nous réveille tôt ce matin-là. Nous sommes excités, nous effectuons notre premier voyage à l’étranger. Notre seul souci est le passage aux douanes. Disons que notre dernier passage en septembre fut quelque peu…comment dirais-je…long et pénible?

Douanes en vue. Nous recommandons aux enfants de rester bien tranquilles et de laisser une personne parler, Éric en l’occurrence. Nous sommes la quatrième voiture en file. Faut-il s’en étonner un lundi matin à 6h30! Le suspense du passage n’aura pas le temps d’être insoutenable…après moins de six minutes, notre minivan franchit le sol américain sans aucun ambage. Méchant contraste…Six minutes le 7 mai, six heures le 5 septembre!

Bref, tout ce qu’il nous reste à parcourir, ce sont les kilomètres qui nous séparent de la Big Apple. C’est vrai que la route était longue…aussi longue que parcourir Montréal-Québec sur la 20!

Toutefois, je dois admettre que le passage dans les Adirondack nous offre parfois des vues à couper le souffle. Il nous faudra revenir explorer cette région.

Après plusieurs heures, nous apercevons enfin les grattes-ciel et je la joue « quétaine » en ressortant des limbes l’indémodable « toune » de Frank Sinatra. A-t-elle encore besoin de présentation? Ta ta tadadada tata tadadada tata tadadadada…Start spreading the news…

L’hôtel Hilton où nous descendons offre un vue superbe de la ville (à hauteur de Central Park) et se situe dans l’arrondissement Edgewater. Après avoir effectué le check in, nous convenons de prendre la navette, mise à disposition par l’hôtel, afin de nous rendre rapidement à Manhattan par la voie du Ferry à Port Imperial. Retenez bien ceci : neuf minutes, neuf dollars (39$ pour la famille)! Hey on est à New York, tout coûte cher par définition (enfin lorsque multiplié par 6!). Bref, les prochains jours nous prendrons le bus.

Camille

Notre début du voyage à New York commence bien. Nous avons pris un traversier pour nous rendre sur l’île de Manhattan. Ensuite nous avons commencé à marcher jusqu’au Rockefeller Center. Ensuite, à Times Square, nous avons pu voir toutes sortes de boutiques! C’est fou comme il y a du monde à New York! Ça bousculait tellement…Bref!

Nous sommes allés à la boutique LEGO! C’était impressionnant à voir… il y avait une mosaïque lego, avec que des bonhommes Lego. Il y avait une sorte de meuble immense avec plein de pièces Lego comme des chaises, des blocs, des plaques, etc….. Nous avons vus des Lego Star Wars et hop! Mon frère Xavier a immédiatement embarqué. Il voulait un Lego Star Wars mais mon père lui a suggéré d’attendre, au cas où il y aurait autre chose qui l’intéresserait.

On est allés au Toys”R”Us de NEW YORK! Pas juste un petit magasin où il y a des jouets mais, un Toys”R”Us avec une grande ROUE à l’intérieur!..C’était énorme…Bien entendu nous n’avons pas fait de tour de roue, hi! hi! Ça devait coûter trop cher pour une famille de six. Nous avons vu également le Tyrannosaure Rex de Jurassic Park. Nous avons aussi vu l’Empire State Building en lego avec King Kong en lego tout en haut. Il y avait des employés qui jouaient avec des hélicoptères téléguidés avec nous. Ils étaient marrants!

Ah oui! Ma mère voulait aussi voir la boutique DISNEY, absolument! Nous sommes allés. Et je vous jure deux choses…

  1. Ma petite sœur de trois ans et demi a «trippé» ben raide;

  2. Moi j’ai 11 ans alors les princesses, Winnie the pooh, et truc machin chouette, ce n’est plus mon truc…Mais les Avengers au deuxième étage, ça c’est mon truc…

Il se faisait tard quand on est sortis. Et on voulait aller à la boutique M&M! Quand on est entré j’ai failli m’évanouir du premier coup. Il y avait que des M&M partout!! Pour une boutique M&M, c’est une boutique M&M! Mais surtout il ne fallait pas exagérer…Ma mère la dernière fois qu’elle est venue, elle s’est fait avoir avec le prix. Donc c’est elle qui devait gérer ça, nous donner les M&M dans notre sac. Mais c’est nous qui devions payer nos M&M. Pas nos parents. Une fois que nous sommes sortis de la boutique, nous sommes allés voir les lumières de Times Square le soir… C’était le paradis à Times Square. C’était mon endroit préféré à New York. Ho! J’ai oublié de vous raconter que nous avons mangé sous la pluie et qu’il faisait froid et nous avons tenu bon. C’était incroyable! Après ça, nous sommes retournés à notre hôtel dormir et penser à notre journée du lendemain!

Martine

Nos pieds franchissent le quai de la W 39th dans le Midtown en pleine heure de pointe…C’est bruyant, c’est bondé bref, welcome to New York! Curieusement, je ne ressens pas le même emballement que la première fois. Par contre, je sais exactement où je me situe, je reviens en terrain connu. Je goûte la frénésie de l’heure de pointe, tout en gardant à l’oeil mes trois grands (la petite a opté pour la poussette), qui n’ont d’autre choix que de suivre le beat new yorkais. Nous déambulons sur la 42nd, observant les vitrines, les pubs géantes, les marchands itinérants, les taxis jaunes, les rickshaws et tous ces schizophrènes se parlant tout seul, le bluetooth collé à l’oreille! Même dans la rue, les discussions affaires continuent!

Notre but est de nous promener, peinards, dans les rues de NYC et de montrer aux enfants le phénomène Times Square le soir, mais Xavier-futé a des projets pour nous…

-Elle est loin la boutique Légo?

-Non Xavier, tu as envie de la visiter?

-Ben oui, maintenant qu’on est à New York.

Parfait! On leur a tellement parlé de cette boutique qu’ils en rêvent, surtout notre passionné de légo star wars.

-Dis maman, sais-tu vraiment où tu t’en vas?

-Ouain chérie, tu voudrais pas consulter la carte?

No way, je sais EXACTEMENT où nous sommes, on va prendre un petit raccourci et passer par cette ruelle…(pourvu que ça débouche au bon endroit).

-Tadam! Le voilà le Rockefeller Center, qu’est-ce que je vous disais que j’avais déjà été guide à New York!

-Yeah!

Nous entrons donc dans cette boutique, non sans avoir admiré la place centrale avec sa fontaine et sa magnifique statue.

La boutique en tant que telle n’est pas immense, mais elle est agrémentée d’un dragon légo faisant deux étages de haut. Une maquette légo représentant l’extérieur de la boutique (le Rockefeller Center) est également fort intéressante à observer.

Les enfants craquent pour les legos Star Wars, mais comme il s’agit de la première boutique que nous visitons, nous tentons de les convaincre qu’avant d’acheter, ils pourraient peut-être attendre que nous visitions d’autres endroits. Mikaël et Camille acceptent bien l’idée, mais Xavier, lui, n’est pas du tout de cet avis. Après tout, un de ses buts à New York était d’acheter un lego Star Wars! Comme nous nous apprêtons à parlementer avec lui, v’la que ma belle Bibi se tortille d’envie. Forcés de quitter la boutique pour chercher une restroom, nous promettons à Xavier que nous reviendrons une autre journée. Une fois tout le petit monde soulagé, nous convenons de retourner illico à ladite boutique. Au fond de moi, je sais que Xavier ne changera pas d’avis et qu’il éprouvera un sentiment de déception qui le suivra tout le voyage. Et puis si c’est ça qui le rend content, après tout, c’est son argent. Mikaël se laissera tenter également, puis Camille. Les enfants n’ont pas regretté leur choix. Ils ont juste réalisés qu’on a pas un énorme pouvoir d’achat en tant que touriste avec $35 US dans les poches.

 

Alors que la tournée restroom bat son plein à la Banana Republic, Xavier-futé me révèle deux choses :

-M’man, j’suis un peu déçu, New York ça ressemble à Montréal. (!!!?)

Et de poursuivre :

-Maintenant qu’on a acheté mes légos, on peut retourner à l’hôtel? (??!!!)

Ces commentaires, c’était AVANT d’être à Times Square! Mais je dois concéder à fiston, mis à part la hauteur des édifices, nous avons affaire à une métropole…où Montréal fait tout de même figure de naine!

Cette première soirée fut réellement une tournée du parfait petit consommateur…Nous avons arpenté les rues éclairées/animées/déjantées de Times Square en faisant de stratégiques arrêts dans les grosses boutiques (Disney, M&M, etc.). Le tout sous la pluie, souper et mari enrhumé inclus!

Le retour au bercail fut un jeu d’enfant et c’est fourbus que nous retrouvâmes un bon lit bien chaud, non sans avoir monté quelques projets-légos.

8 MAI 2012

Camille

Ce jour là, je l’ai beaucoup aimé. Nous sommes allés voir la STATUE de la LIBERTÉ!

Voici le récit :

Ce matin, nous avons descendu en bas de l’hôtel pour aller déjeuner à un buffet. Une fois terminé, nous avons pris un autobus accordéon pour nous rendre à Port Authority pour allez prendre le métro de New York qui sont sur des rails, par sur des roues comme à Montréal. Nous devions nous rendre à South Ferry/Whitehall St. pour nous rendre à Staten Island Ferry par le traversier. Nous voulions traverser pour regarder de loin la Statue de la Liberté située sur Ellis Island. C’était long avant que le bateau arrive au quai. Mais il finit par arriver à 1h ou 2h et demie de l’après-midi. Il y avait beaucoup de monde ou plutôt de touristes qui voulaient voir la statue…Quand on est montés, à bord, on voulait absolument aller sur les étages en haut. Mais avant que nous soyons dans le bateau moi, mon père, et ma petite sœur on voyait la statue au loin. En tout cas.

Des étages où on était, mon père prenait des photos de vrai photographe. Nous n’étions pas du bon côté du traversier. Et on ne voyait pas très bien la statue. Alors on a changé immédiatement de coté. C’était beaucoup mieux. Je n’avais vu que des photos de la statue, mais voilà que je la voyais avec mes yeux! Plus tard, une fois arrivés de l’autre coté, nous avons fait halte pour prendre notre dîner…À ce quai intérieur, il y avait un aquarium géant, et surtout beaucoup de ”Pigeons Américains” comme dirait mon père le photographe. Bref! Nous nous sommes assis sur un banc et nous avons mangé… avec les pigeon qui nous observaient, affamés. Après la halte tout le monde resserra son dîner et commença à se préparer pour reprendre le bateau pour retourner à Manhattan. 

Une fois de retour à New York, nous avons marché dans Wall Street et vu un buffle, le même que dans le film l’Apprenti Sorcier. On a vu aussi les racines d’un sycamore, dans la cour d’une église, un bronze peint en rouge.

Un peu plus tard, mes parents ont suggéré d’aller manger une crème glacée. Mais où? Nous nous sommes arrêtés pour réfléchir, en regardant la carte. Au même moment, quelqu’un nous a « secouru » en nous indiquant une endroit où trouver de la crème glacée. Pour commencer, il nous a demandé: ”Can I help you”? ” Yes”! Ont répondu mes parents. Et ils se sont à mis parler en anglais avec le monsieur New-yorkais. Ils nous a aidé, on l’a remercié et on s’est dirigés vers l’endroit qu’il nous avait indiqué: The ”Café Dante”! 

Ho! Mais j’ai oublié de conter mon malheur en sortant de l’hôtel. Voilà. En sortant dans le stationnement, j’ai remarqué que mon sac était ouvert…Pourtant je l’avais fermé. Mais non! Mon sac était brisé!! Malheur..! La fermeture éclair était toute défaite. Mon sac était tout ouvert. Et j’espère encore aujourd’hui que rien n’a été volé ou tombé.

Mais bon.

Sur Broadway St. on a croisé une petite boutique de sacs à dos. Mais ils étaient trop cher, et pourtant j’en voulais un nouveau! Justement à coté, il y avait une autre boutique de sacs! Et il y en avait un qui était 15$ US. Mon père et les autres étaient dans l’autre boutique pour regarder des choses…Mon frère Xavier regardait des cartes postales : 8 pour 1$ US. Il s’en est acheté. Heu…Oui…Super! Mon père m’a appris un truc super cool: Le ”marchandage”. Il voulait que j’aille voir le monsieur et que je lui dise que je n’avais que 10$ US, en anglais. Il m’a dit comment le dire, sauf que je ne comprenais pas très bien le principe. Il est venu avec moi et il a dit la phrase à ma place. Le marchand a descendu le prix à 12$ US. Et je lui ai seulement donné 2$ de plus de mon argent. Et j’ai le sac! On l’a rempli avec ce que j’avais dans l’autre sac. Et ça m’a fait un minuscule, brin de peine de le jeter. ”Un sac acheté en Gaspésie, et jeté à New York City”… Que m’a dit mon père. Je le mis sur mon épaule et nous continuâmes de marcher vers le café Dante. On a mangé notre crème glacée dans des petits bols, nous les enfants, les parents dans des coupes. On est sortis et on a mangé un hot dog New-yorkais. Miam! On l’a mangé dans un parc. On est allés aux restrooms, j’ai acheté un lego Star Wars à la librairie Barnes & Noble…On est retournés à l’hôtel pour manger des macaronis aux fromages. Il était presque minuit quand nous nous sommes couchés! Booooooooooooooone nuit!!

Martine

Jour deux de ce périple en famille. Ce matin, tout en allant faire l’achat de notre dîner au Whole Foods Market près de l’hôtel, la majorité a tranché : Nous irons faire le tour de ferry pour voir la fameuse Statue de la liberté. Non, je n’ai pas fait d’injonction, j’ai respecté le vote démocratique de la majorité (même si j’avais voté Central Park)!

Les enfants expérimentent l’agité et bruyant métro de New York. Agréable surprise, si Mikaël à 13 ans paie pour un adulte, les trois plus jeunes, eux, ne paient pas. Apparemment, tous les citadins ne sont pas au courant car une gentille dame m’interpelle poliment, préoccupée du fait que deux grands viennent de passer sous le tourniquet. Après une courtoise explication de ma part, elle me demande d’où je viens et s’exclame avec enthousiasme : Oh your from Montreal, I looove your country. Have a nice day! Hum! On suppose ici qu’elle savait que Mtl est une ville, pas un pays!

Bref, petit tour de ferry avec ma tête qui pulse (où sont les Advil?) et les petites disputes avec mes enfants, surtout ma fille, qui pullulent. Ouain, nous vivons intensément notre escapade et les accrochages seront fréquents cette journée-là. Heureusement, nous avons Éric-l’arbitre qui tente de nous expliquer comment travailler en équipe!

Comme nous sommes près de Wall Street, nous en profitons pour arpenter les rues où le soleil peine à percer. Nous apercevons le National Museum of the American Indian qui peut être visité gratuitement. Une fois de plus, les statues érigées devant l’entrée sont magnifiques et grandioses. Derrière nous, le Bowling Park, le premier parc de NYC. Au bout, on aperçoit le fameux charging bull, sculpture de bronze pesant plus de 3000kg. Je suis tellement occupée à manoeuvrer la poussette avec Bibi endormie que j’en oublie de le regarder de face…Une imprudence qui aurait pu me coûter cher! Je veux dire, c’est pas à tous les jours qu’un buffle aussi imposant nous « charge »!

Nous sommes une fois de plus à l’heure de pointe et touristes et travailleurs/hommes d’affaires abondent. Ici comme dans Times Square la veille, les patrouilleurs du NYPD sont omniprésents. On ne se sent pas « surveillés », mais le fait est qu’il y a des policiers (à pied, à cheval, en véhicule) à chaque coin de rue. On les compte par dizaines. Ils sont très « relax », plusieurs s’envoient des textos alors que d’autres regardent un film dans leur véhicule.

Évidemment on est pas très étonné d’en apercevoir dans le coin de la Freedom Tower, dont la construction progresse à vue d’oeil. C’est très intriguant de voir cet endroit qui fut le théâtre d’un drame il y a dix ans et qui aujourd’hui est exploité (entre autre) à des fins touristiques. Bien sûr, il y a les plaques commémoratives, le Memorial 9/11 et le mobilier urbain qui portent les empreintes et les marques de l’effondrement des tours. On finit par comprendre pourquoi policiers et pompiers sont devenus des héros, nombreux ayant péri dans l’exercice de leurs fonctions.

C’est dans ce secteur d’ailleurs que se jouera notre journée…Mon cher Xavier, qui supporte très mal les grosses marches de santé, plaidera pour un retour à l’hôtel. Il était temps de lui trouver une mission intéressante…à force de discussions, nous trouvons LA motivation par excellence et le but à atteindre: trouver un kiosque de crème glacée! Bon, nous mettrons plus d’une heure pour aboutir au salvateur café italien Dante. Et encore, il nous aura fallu l’assistance d’un gentil new-yorkais sinon nous serions toujours à arpenter les rues! Mais quel plaisir pour tous de déguster de succulent gélatos tout en profitant de la position « assise »!

Nous prendrons du temps en cette fin de journée pour explorer les alentours de Greenwich Village avant de reprendre le métro vers Port Authority. Nous profiterons des accomodations de notre suite pour déguster un macaroni au fromage bio., au goût plutôt fade, à minuit! Vive les vacances!

9 MAI 2012

Camille et Martine

Mes aïeux, c’est la dernière journée du voyage! Nous partons demain. Pour cette dernière journée, nous sommes allés à Central Park, LE parc à NYC. Nous prenons le métro pour nous rendre dans Harlem, à l’extrémité nord du parc, sur Lenox Avenue. Je (Martine) ne suis pas déçue, l’odeur de gazon fumé et les sirènes qui nous accueillent à la sortie de la bouche de métro m’indiquent que je suis bel et bien dans le bon quartier!! Sans farce, nous sentons vraiment que nous venons d’atterrir dans une autre zone de Manhattan, ne serait-ce que par l’aspect des bâtiments et la faune urbaine.

Moi (Camille), je suis un peu déçue que la journée soit grise mais contente de la destination.

Après un lunch rapide, nous amorçons notre longue descente vers le sud. Nous avons misé gros, un peu trop gros peut-être. Nous planifions de faire tout le parc. Après tout, nous avons toute la journée! Mais c’est sans compter les nombreuses haltes pipi et les multiples détours dans les sentiers non balisés. Ce qu’on a pu errer!

Familialement parlant, ce qui nous fit le plus « tripper », fut l’observation de ces oiseaux (orioles de Baltimore, merles d’Amérique, moineaux domestiques) prenant leur bain dans un petit ruisseau ainsi que la flore environnante (plusieurs essences d’arbres que nous n’avons pas ici).

Bref, après des heures d’errance, une tentative de « pickpocketting » avortée, l’observation de tortues, l’éternelle recherche de restroom, quelques chicanes et des grands-petits pieds endoloris, Belvedere Castle en vue! Pour y grimper, d’étroits escaliers en colimaçon. Au premier étage, nous pouvions voir d’étranges roches dans l’étang…il s’agissait d’un groupe de tortues! Nous pouvions nous asseoir sur les tourelles surplombant le vide. Ma mère en avait des frissons! Le deuxième étage était encore plus haut, j’en (Camille) avais presque le vertige!

Les parents voulaient nous montrer le « pont de Spiderman »! Il s’agit en fait du Bow Bridge où Peter et Mary Jane se disent adieux dans Spiderman III. Sur le pont, il y avait justement un beau couple d’amoureux qui s’embrassait longuement. Ça doit être le « pont des Amoureux » finalement!

Un peu plus loin, dans un petit coin tranquille avec de beaux bancs sur le bord du Lake, nous avons observé une IMMENSE tortue. Elle devait être assez vieille. En tout cas, une chose est sure, elle attendait patiemment que nous la nourrissions. Nous n’avons pu résister, nous lui avons offert un morceau de pomme qu’elle a accepté avec voracité. Malgré tous nos efforts, nous n’avons jamais réussi à voir sa pleine grosseur.

Près de la Bethesda Fountain, un homme faisait d’énormes bulles de savon. Elles pouvaient faire facilement de deux à cinq mètres de long.

Après toutes ces heures, la fatigue et la faim commençaient à se faire sentir. De plus, les enfants voulaient tous retourner à la boutique M&M s’acheter d’autres chocolats (ben non, mes enfants sont pas bio-équitables). Pour couronner le tout, nous avions une mission de la plus haute importance : marcher jusqu’à l’Empire State Buildingafin d’acheter à ma belle-soeur une statuette à l’effigie du fameux édifice. Nous avons convenu de terminer tous nos achats et de saluer NYC par une dernière incursion dans la chocolatée boutique.

Une fois les estomacs repus, nous nous sommes rendus à l’Empire State Building afin de nous soumettre à une réglementaire fouille qui nous permettrait d’aller, tout simplement, au gift shop. Mikaël, le grand frère, a même dû ôter ses chaussures, car du méchant métal s’y trouvait, faisant crier le portail lorsqu’il le traversait! Mais au final, mission accomplie!

Et si on passait devant la Grande Bibliothèque de NY? Et pourquoi pas traverser Bryant Park situé en arrière, un coup parti.

Ce qu’il y a de génial avec la bibliothèque, c’est que chaque dimanche, les bibliothécaires sortent des rayons de livres dans Bryant Park, et on peut y faire une halte, le temps d’une lecture.

10 MAI 2012

Camille

Cette dernière journée, on devait quitter l’hôtel à 12:00. Ça me laissait un peu de temps pour penser à New York qui est la ville des rêve…Surtout Times Square. C’était le paradis! Les écrans, boutiques, les comédies musicales, etc….. en tout cas c’est pour dire que j’ai apprécié New York comme elle était. En plus c’est la ville des super héros :

-Spider-Man

-Super-Man

-LES AVENGERS!!!

Je peux vous dire que New York est la plus grande Star du monde! C’est pour ça que je m’en ennuie déjà…Si je vous la décris: Elle ne ressemble VRAIMENT pas à Montréal. J’étais quasiment amoureuse de New York! Mais je ne dois pas m’en faire, parce que je quitte une Star pour aller en retrouver une autre : ma chienne! 

Martine

Ce voyage en famille, notre premier hors pays, fut, somme toute, réussi. Si l’on exclus les multiples accrochages, le manque de motivation de Xavier pour la marche (principalement la première journée), nos petits malaises personnels (rhume, migraine et cie), on peut affirmer que nous avons eu plus de plaisir que de misère!

J’ai observé, sans surprise mais avec joie, qu’être en famille facilitait grandement les contacts, la gentillesse et la serviabilité d’autrui. Bon pas de manière excessive, mais le fait mérite d’être souligné.

Sans enfants, je n’aurais pas rencontré et discuté avec cette gentille Californienne près de la Freedom Tower; sans la curiosité merveilleuse de Camille, nous n’aurions pas rencontré cette dame dans Washington Sq. Park qui avait apprivoisé et nourrissait quotidiennement des écureuils. Nous n’aurions pas su sa fierté d’en avoir rescapé un en 2008 qui était tombé d’un arbre, ni vu ces photos du bébé squirrel dont elle était si heureuse de dire qu’il était devenu un vrai écureuil, pas un pet!

Et que dire de cet homme dans Union Sq Park qui est venu voir Éric en lui disant de Bianca-Rose : Sir, you have such a wonderful daughter! Comment ne pas être séduit par une p’tite pitoune de 3 3/4 ans pourchassant son grand frère autour d’un arbre, l’imperméable au vent et riant à gorge déployée.

Sans mentionner cette superbe dame enceinte dans le bus à qui j’ai cédé ma place…elle était tellement belle, lumineuse et dégageait un tel sentiment de calme. À un point tel que Camille aussi l’a ressenti et m’en a fait part.

Bref. Même si nous n’avons pas toujours réussi à « travailler en équipe » lors de notre voyage, de retour chez nous, nous concrétisons Camille et moi l’aboutissement d’un projet qui nous tenait à cœur : l’écriture d’un récit mère-fille.