Apr 252012
 

Dans mon dernier “post”, j’affirmais avoir fait le point et m’être retrouvée. Depuis, silence virtuel complet…

Ce texte est pour vous chers lecteurs et il est aussi spécialement dédié à une amie chère, voyageuse au long cours, qui s’ennuyait, semble-t-il, de mes tribulations. This one’s for you as promessed 😉

Revenons à nos moutons.

Momentanément, cette double affirmation évoquée ci-haut était on ne peut plus sincère. Le hic, c’est qu’en faisant le point et en me retrouvant, j’ai soulevé des nuages de poussière. Et qu’y ai-je trouvé après quelques éternuements? Une femme vivante, passionnée, prête à explorer son univers intérieur et celui gravitant autour d’elle (le tout amplifié par l’arrivée du printemps!). Qu’ai-je laissé derrière? La peur. Oh yeah! Serais-je maintenant sans peur? Non. Loin de là.  Mais ce n’est pas le but de toute façon.

Je ne me suis pas transformée du tout au tout. Loin s’en faut. Par contre, j’ai choisi de lâcher prise sur certaines situations et je sens maintenant que je suis plus dans l’acceptation que dans le combat.

Un exemple? L’éducation de mes enfants.

Il est clair depuis longtemps pour moi qu’apprendre, c’est naturel. Ça se fait toujours et en tout temps. Les nombreuses dérives du système actuel, dont l’instauration du système scolaire tel que nous le connaissons,  sont loin de détenir le monopole de la connaissance et de l’ouverture sur le monde.

Pourtant, pour plein de raisons, je persistais à vouloir imposer, à moi-même et à mes enfants, un espèce de mini système scolaire dans ma cuisine. Bon je n’étais pas réglée quart de tour, mais je me disais qu’il “fallait” m’asseoir avec eux à la table pour faire du français, faire des maths alors que c’était pour moi une corvée. Pour eux, se plier à mes exigences était la condition pour continuer l’école à la maison. Pendant que nous nous forcions à faire nos devoirs, nous n’étions pas bien. En tout cas, moi je ne l’étais pas.

Je me sentais en conflit avec moi-même et cette situation a généré beaucoup de douleurs, de déchirements et de conflits. Pourquoi toujours vouloir s’imposer, s’en mettre lourd sur les épaules à coup de “il faut que” et de “je dois”. Pourquoi ne pourrais-je pas “choisir de” et voir ce qui se passe? Choisir ne me soustrait pas de mes responsabilités (parentales, professionnelles ou autres), mais me permet de faire les choses en conscience en ne subissant pas ma vie. Choisir me permet d’être moi-même, de me faire confiance et par conséquent, de ne plus me sentir menacée par l’autre. Essayez-le. Choisissez. C’est fou ce qu’un petit changement de terminologie peut faire.

Concrètement avec mes enfants? J’ai choisi de leur faire confiance et de me faire confiance. Ils sont enjoués, curieux, impliqués et ils veulent apprendre; cet état naturel n’a pas été altéré par une éducation scolaire formelle. Alors ils n’apprendront pas dans l’ordre définit par les fonctionnaires du ministère de l’éducation et encore moins à des heures pré-désignées, mais ils apprennent et ils apprendront toute leur vie. Et comprenons-nous bien ici, je ne fais pas allusion qu’aux aspects académiques. Si je voulais m’amuser et faire un clin d’oeil jaune à l’actualité, je dirais que vivre notre vie en suivant notre voie serait faire notre “juste part” pour le bien commun de la société. Peut-on s’imaginer un instant une façon autre de concevoir et de vivre la vie?

Mon fils aîné m’a fait sourire la semaine dernière en me disant, par un beau matin ensoleillé: Maman, aujourd’hui je veux faire du unschooling.

Je ne me demande pas où il a pêché cela…il a des amis unschoolers avec qui il jase et j’ai amplement discuté de ces questions avec eux à la maison. Le  dialogue et la communication authentique sont de plus en plus au coeur de ma relation avec mes enfants (par opposition à imposer mon autorité parentale).

Je sens un vent de changement très positif balayer ma vie cette année. Ce n’est pas de tout repos, les up sont très uplifting , et les down, ben…ils sont très down!!!

Je suis toujours la même, à la nuance près que maintenant, je choisis. Oh pas toujours et en tout lieu, mais maintenant j’en ai pris conscience et cela aura un impact majeur pour une suite …que je ne connais pas encore! 😉

  One Response to “Devoir ou Choisir”

  1. J’adore ce billet ! Merci !
    J’y vois aussi beaucoup de liens avec ton billet Pour la défense de la société… Génial !

Sorry, the comment form is closed at this time.