Apr 092012
 
 April 9, 2012  Posted by  Non classé, Voyages et escapades

Après deux journée et deux soirées de découvertes dans la belle ville de Québec, je m’apprête à plier bagage pour retourner vers les miens.

Des journées bien remplies, actives, à consulter les cartes et jouer à la touriste. Les rencontres hypothétiquement évoquées dans un précédent message ont eu lieu. J’ai rencontré la Stabat Mater de Scarlatti et ses interprètes au Palais Montcalm; j’ai apprécié les oeuvres d’art de Carole Roy Le temps d’un moment au café Castelo, entre deux expressos; je me suis adonnée à l’observation de la faune très vivante sur le parc des champs de bataille tout en savourant un succulent sandwich de chez La Picardie (en passant, à Québec, les écureuils sont noirs!); j’ai visité et apprécié ma visite au Musée National des Beaux-Arts.

J’ai marché, marché, marché, marché looooongtemps sur le chemin Ste-Foy pour aboutir au Clap et visionner le très ordinaire mais très intense Hunger Games. À vrai dire, j’ai compté de zéro à 2360 les adresses! J’ai monté monté monté monté des escaliers et descendu une cote veeeertigineuse pour aboutir rue St-Joseph dans le quartier St-Roch et déguster un chaï bien mérité au Camellia Sinensis.

Sans parler de ma journée d’aujourd’hui,qui a débuté après mes deux expressos et une succulente chocolatine, dans une très sympathique boulangerie de la rue St-Jean. Et oui, encore de la marche, sous la pluie cette fois-ci, pour découvrir les Samouraïs du Japon féodal et la cérémonie du thé au Musée des civilisations.

Dire que j’ai failli me décourager et rebrousser chemin vers l’auberge quand, après ma visite du musée, j’ai constaté qu’il tombait des cordes. Faisant fi de la pluie, j’ai pris parti de m’élancer vers la rue St-Vallier E., au café Babylone, où j’ai pu m’émerveiller à l’écoute de la chorale polyphonique de l’atelier d’harmonies de village de Québec.  Je n’ai pas regretté ma décision. Le charme de la rencontre s’est opéré au fil des pièces, de traditions orales corses, bulgares, géorgiennes, africaines et américaines, interprétées par un choeur dynamique et talentueux. Cet art, que je ne connaissais pas, a su piquer ma curiosité et m’a donné le goût d’en apprendre plus.

Et que dire du bon repas que je me suis commandée après le concert. Si je devais suggérer un endroit sympathique où bien manger, de l’entrée jusqu’au dessert, ce serait au Café Babylone. L’environnement extérieur, plutôt bétonné et désertique, contraste avec l’ambiance chaleureuse dans laquelle on est accueilli…et la très bonne bouffe servie (le café est situé sous l’autoroute 440)!

J’ai foulé de mes petits pieds la haute  et la basse-ville, bifurquant allègrement de l’une à l’autre, effectuant parfois des détours au gré de mes envies (et de mon planning! ;-). J’ai pu apprécier et admirer l’architecture et ressentir la richesse de son histoire (il y a dans l’air ce petit je-ne-sais-quoi).

J’ai eu confirmation que louer une chambre/dortoir à l’auberge de jeunesse fut la meilleure initiative que j’aie prise. À part le faible coût de la chambre, j’ai eu le bonheur d’y rencontrer ma roommate, Jess, une jeune étudiante sud-coréenne étudiant la politique à l’Université d’Ottawa. Discussions passionnantes que nous avons eu. En prime, elle m’a même fait un petit mot d’adieu, illustrations à l’appui. Je fus réellement touchée!

Le sommeil me rattrape, il se fait tard. Prendre ces quatre journées fut une bonne idée.

Elles m’auront permis de me retrouver et de faire le point…mais ceci est une autre histoire…!

******

p.s.: Au moment de terminer ce texte, je suis dans le bus et en levant les yeux, j’ai pu apercevoir, flottant au-dessus du fleuve, ce ciel gris pâle, magnifiquement orné de gros nuages blancs floconneux. Je reviens l’esprit paisible, la tête dans les nuages. 😉

 

  One Response to “Deux et demie en un”

  1. […] mon dernier “post”, j’affirmais avoir fait le point et m’être retrouvée. Depuis, silence virtuel […]

Sorry, the comment form is closed at this time.