Nov 232011
 
 November 23, 2011  Posted by  Enfance et Éducation

J’ai reçu ce matin dans mes courriels la référence d’un site, en anglais, qui a pour thème  Parentage pour un changement social . Disons que c’est un sujet fort actuel pour moi qui vis et grandis présentement avec quatre charmants individus 😉

J’ai décidé de partager ce lien car je me retrouve bien souvent dans le cycle du contrôle, ce qui amène bien des souffrances de part et d’autre. J’aime gérer, ce n’est pas un secret, et je ne suis pas la seule chez nous! Seulement voilà, j’aime avoir le dernier mot et en tant que parent, nombreuses sont les occasions où j’utilise mon pouvoir parental pour exercer mon autorité. Légitime? Hum….si je me sentais super bien après coup ou si mes enfants n’y voyaient que du positif, je suppose que la réponse serait oui. Malheureusement, à chaque fois que j’abuse de mon pouvoir, j’ai droit à d’intenses manif. et on crie à l’injustice jusqu’à m’assourdir. Et plus j’en mets, plus je contrôle, plus mes enfants se rebellent et se montrent désagréables. C’est vrai que ce cycle est sans fin, c’est vrai que mon égo est immense, et c’est vrai qu’à chaque fois la rébellion et les “mauvais comportements” s’amplifient.

Quoi faire, quoi faire? Il faut parfois savoir se retirer, réfléchir “à froid” et au besoin, avoir le courage de s’excuser pour l’injustice et l’abus de pouvoir commis. Je dis bien avoir le courage car comme parent, pourquoi devrais-je m’excuser alors que je suis dans mon droit tout légitime d’exercer mon autorité sur eux???  C’est bien ce que je pensais aussi, mais avec le temps, je me questionne et je tente de modifier mon approche avec ces êtres sensibles qui osent me contester. Ils ne le réalisent peut-être pas, mais leur franchise, leur ouverture d’esprit et leur honnêteté dans ces moments m’obligent à me remettre en question et à me réajuster.

J’ajouterais aussi qu’aux yeux de la société, on ne traite pas les enfants comme nos égaux, et je crois que c’est une erreur. Lorsque l’on prend le temps d’ÉCOUTER, de se mettre à leur hauteur, on réalise à quel point les enfants sont de fins observateurs et d’inspirants philosophes. Lorsque nous acceptons cette relation d’échange, notre coeur s’ouvre, nos horizons s’élargissent et nous ressentons cette positive transformation dans toutes les sphères de notre vie. Nul besoin de contrôler pour vivre une relation signifiante. De là viendra le changement social…

  2 Responses to “Contrôle parental”

  1. Allo Mme Martine! J’ai vu ce lien que tu as mis sur FB hier et j’ai regardé la vidéo avec une tite appréhension… Je suis assez championne du contrôle moi-même et ça ne me tentait pas complètement qu’on me le remette dans la face… tsé… Ce site est une révélation! J’ai regardé quelques autres vidéos et ça me brasse pas mal. Je souhaite de tout mon coeur voir mes filles heureuses et je m’aperçois que bien bien souvent, je leur impose ma méthode. Ça m’a pris tellement de temps personnellement à arriver à me sentir à un début de maîtrise de moi-même et de contrôle sur ma vie, je travaille tellement fort à apprendre à attendre ma voix intérieure, c’est même ce que je partage dans mes ateliers… et voilà que je suis cette mère supérieure qui se fâche quand ça ne réponds pas à ses exigences! Woooo!

    Je ne sais pas comment je vais transformer tout ça. Je sais simplement que je ne suis pas bien avec ce “besoin” de contrôle. Cette habitude devrais-je dire. Ce que je sais, c’est que plus je m’en aperçois, plus j’ai envie de parler honnêtement et “pour de vrai” avec mes enfants, et que ça me permet de faire des prises de conscience vraiment transformatrices. Je vais donc me laisser guider et continuer de faire confiance…

    Merci immensément d’avoir partagé ce lien.
    C’est une réponse que j’attendais…

    bonne et belle belle journée Martine, et vous tous!
    🙂

  2. Merci Martine d’avoir pris le temps d’écrire sur le sujet en français.
    Grâce à mes enfants, j’ai réalisé que le cycle de contrôle et de rébellion a son origine dans le contrôle qu’on nous a refusé sur notre propre vie lorsqu’on était enfant et qu’on veut rattraper (inconsciemment?). De ces traumatismes, de l’irrespect vécu étant enfants, on transmet, on “contrôle” nos enfants. Ce qui maintient en place ce contrôle des parents sur les enfants est aussi ce contrôle qu’on accepte de la part de notre culture (de l’État, du patronat…). Notre culture déconnectée de la nature humaine ne veut pas d’enfants, elle veut des robots qui font tourner la roue (école, diplôme, salaire, abri et nourriture, union, naissance et on recommence). Lorsque mon enfant a refusé d’être partie de cette roue dans laquelle nous étions montés (nous, les parents), nous le prenions mal car nous avons acquiescé à ce contrôle sur nos vies. Moi non plus, enfant, je n’en voulais pas… mais comme j’étais dépendante et que c’était la seule façon de survivre… Alors, j’ai libéré mes enfants. Ils n’ont aucun besoin de contrôle, ils ont besoin d’amour, d’affection, de présence constante, d’un environnement familial harmonieux et paisible. J’ai choisi d’être leur partenaire plutôt que leur adversaire, alors fini le contrôle. Et bonjour la vraie vie !
    Edith
    P.S. Comme le dit Sandra Dodd, quand mon partenaire gagne, je gagne ! 🙂

Sorry, the comment form is closed at this time.