Nov 072011
 
 November 7, 2011  Posted by  Femme au quart

Temps pour soi?! Connaissait pas!

J’aime bien cette catégorie, “Femme au quart”, puisqu’elle me permettra de parler de ma vie à MOI, celle qui complète le 3/4 de ma vie de mère au quotidien; ma vie de femme quoi!.

Hommage au grand TOUT que forme l’équilibre, et qui est justement le thème central de mon article aujourd’hui.

Comme un air à la mode, on se fait souvent dire (comme mère): prends soin de toi, prends du temps pour toi, pense à toi, vis ta vie, etc. C’est une ritournelle qu’on chante souvent aux jeunes mères au moindre signal de fatigue ou de faiblesse et qui prend parfois des tournures extrêmes.

Quand j’étais jeune mère, je balayais souvent ces conseils du revers de la main, considérant comme du pur égoïsme l’idée même de partir sans mes enfants ou de faire sans eux. Je suis bien sûre sortie maints et maints fois en solitaire, entre amis ou en couple (et je me suis ennuyée d’eux au début!), mais ce que j’essaie de dire, c’est qu’avec le temps, je me suis uniquement définie comme une mère, comme si avoir des enfants était le summum de l’accomplissement. Ce l’est, bien sûr, lorsque je pose un regard global sur ma vie de femme. J’ai eu quatre enfants, ils sont nés à la maison comme je l’avais choisi, ils ont été allaités à la demande, portés, ils ont “co-dodoté” avec nous, et nous poursuivons aujourd’hui cette grande aventure parentale avec l’éducation à la maison. Tous ces choix de vie font de moi une femme épanouit à bien des égards. Lorsque j’ai eu ma belle Bianca-Rose il y a 3 ans,  j’ai écrit que si je devais mourir demain, ça serait avec un profond sentiment d’accomplissement. Aucun regrets ne viendraient troubler mes pensées, mon coeur et mon intuition m’ayant guidée tout au long de mon cheminement de mère. J’ai réalisé l’essentiel de ma mission sur terre (si je puis m’exprimer ainsi).

Cependant, ces dernières années ont été ponctuées d’insatisfactions, malgré le bien-fondé de ces choix. À trop vouloir m’investir, j’ai oublié qu’il ne faut jamais mettre tous ses oeufs dans le même panier. Depuis 13 ans, je me suis quasi uniquement engagée dans l’éducation de mes enfants. Je dis quasi car j’ai quand même participé à des projets d’écriture et auto-publié un recueil de poésie collectif. J’ai réalisé un nombre incalculable de projets, mais ceux-ci étaient encore et toujours basés sur l’éducation de mes enfants. Avec le temps, on dirait que je me suis lassée de cette situation et j’ai commencé à avoir beaucoup moins de plaisir. Le quotidien a commencé à être lourd, pénible, et plus du tout agréable. Me lever pour recommencer une autre journée pesait lourd sur mes épaules.

J’ai laissé aller cette situation L-O-N-G-T-E-M-P-S, j’ai craqué souvent, mais je ne pouvais verbaliser clairement le malaise, jusqu’au jour où je me suis posée LA question: “Qu’est-ce que moi, MmeMartine, j’aime et veux faire de ma vie, à part être mère?” Devant le néant qui a suivi mon questionnement, j’ai su que j’étais arrivée au point de non retour: j’agis, je me le bouge ou je crève.

J’ai toujours été une personne impliquée, engagée et là, j’étais en bon processus “d’encroûtement” à me sentir autant confinée à la maison. J’ai vécu une grande période de confusion. Il devenait IMPÉRATIF pour moi de trouver/retrouver l’équilibre dans ma vie. Prendre du temps pour moi ne signifiait plus aller prendre un café ou voir un film, cela signifiait dorénavant “m’investir dans un projet personnel. Un projet qui n’impliquerait que la femme, un défi de construction d’un autre Soi, d’une identité complémentaire et complétive de ma mission première de mère.

Pour arriver à mes fins, mon esprit a dû s’ouvrir aux opportunités placées sur ma route…Depuis que je me suis décidée à bouger, elles apparaissent, multiples, variées et parfois inattendues. Grâce à mon mari, je peux, aux deux semaines, avoir une journée complète de travail. Grâce à mon nouveau portable, je peux travailler un peu partout: bibliothèque, centre communautaire, et même au lit! L’ouverture de ce blogue me stimule à partager mes écrits. J’aime bien ce nouveau “terrain de jeu”. Désormais, ma fille me contacte par Skype pour ne pas venir m’interrompre dans mes écrits!!! Bientôt elle me « textera » avec son cell.!!!

Petit à petit, je sens que je progresse. Même si tout n’est pas réglé, que mon quotidien se passe toujours à 98% à la maison, qu’il y a des hauts et des bas, l’ouverture a été créée; je ne stagne plus. Mes enfants grandissent, ils sont de plus en plus autonomes, il y aura un « après ». Je veux penser à mon plaisir immédiat à être avec eux, en fait je veux renouer avec ce plaisir. Pour que cela s’accomplisse, je dois établir le pont entre la femme au ¼ et celle du quotidien au ¾. Mes enfants et moi-même avons tout à gagner d’un retour à l’équilibre. Au moment où j’écris ces lignes, je sens que je suis sur la bonne voie…c’est mon intuition féminine qui me le dit! 😉

 

 


Sorry, the comment form is closed at this time.